Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3
II, 8 — IV, 6

aroit il assés peu en li, tant est france et cortoise et de bon40
aire et entecle de toutes boncs teces. »


III. or se cante.

Aucassins fu de Biaucaire
d’un castel de bel repaire.
De Nicole le bien faite
nuis hom ne l’en puet retraire,
que ses peres ne l’i laisse5
et sa mere le manace :
« Di va ! faus, que vex tu faire ?
Nicolete est cointe et gaie ;
jetee fu de Cartage,
acatee fu d’un Saisne ;10
puis qu’a mouillé te vix traire,
pren femme de haut parage.[71]
— Mere, je n’en puis el faire :
Nicolete est de boin aire ;
ses gens cors et son viaire,15
sa biautés le cuer m’esclaire ;
bien est drois que s’amor aie,
que trop est douce. »


IV. or dient et content et fablent.

Quant li quens Garins de Biaucare vit qu’il ne poroit
Aucassin son fil retraire des amors Nicolete, il traist au
visconte de le vile qui ses hon estoit, si l’apela :
« Sire quens, car ostés Nicolete vostre filole ! Que la
tere soit maleoite dontele lu amenee en cest païs ! Cor par5
li pert jou Aucassin, qu’il ne veut estre cevaliers, ne faire