Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
VIII, 7 — X, 7


IX. or se cante.

Aucassins ot du baisier
qu’il ara au repairier :
por cent mile mars d’or mier
ne le fesist on si lié.
Garnemens demanda ciers, 5
on li a aparelliés :
il vest un auberc dublier
et laça l’iaume en son cief,
çainst l’espee au poin d’or mier,
si monta sor son destrier 10
et prent l’escu et l’espiel ;
regarda andex ses piés,
bien li sissent es estriers ;
a mervelle se tint ciers.
De s’amie li sovient, 15
s’esperona le destrier ;
il li cort rnolt volentiers :
tot droit a le porte en vient
a la bataille.


X. or dient et content.

Aucassins fu armés sor son ceval, si con vos avés oï et [d]
entendu. Dix ! con li sist li escus au col et li hiaumes u cief
et li renge de s’espee sor le senestre hance ! Et li vallés fu
grans et fors et biax et gens et bien fornis, et li cevaus sor
quoi il sist rades et corans, et li vallés l’ot bien adrecié par mi 5
la porte.
Or ne quidiés vous qu’il pensast n’a bués n’a vaces n’a