Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
AUCASSIN ET NICOLETTE

montent as aleoirs des murs, si jetent quariax et peus agui-
siés.
Entroeusque li asaus estoit grans et pleniers, et li quens
Garins de Biacaire vint en la canbre u Aucassins faisoit deul 10
et regretoit Nicolete sa tresdouce amie que tant amoit.
« Ha ! fix, fait il, con par es caitis et maleurox, que tu
vois c’on asaut ton castel tot le mellor et le plus fort ; et
saces, se tu le pers, que tu es desiretés. Fix, car pren les
armes et monte u ceval et defen te tere et aiues tes homes et 15
va a l’estor : ja n’i fières tu home ni autres ti, s’il te voient
entr’ax, si desfenderont il mix lor avoir et lor cors et te tere
et le miue ; et tu ies si grans et si fors que bien le pués faire,
et farre le dois.
— Pere, fait Aucassins, qu’en parlés vous ore ? Ja Dix ne 20
me doinst riens que je li demant, quant ere cevaliers, ne
monte el ceval, ne voise en estor, la u je fiere cevalier ne
autres mi, se vos ne me | doués Nicolete me douce amie [c]
que je tant aim.
— Fix, dist li pere, ce ne puet estre : ançois sosferoie jo 25
que je feusse tous desiretés et que je perdisse quanques g’ai
que tu ja l’euses amollier ni a espouse. »
Il s’en torne ; et quant Aucassins l’en voit aler, il le
rapela :
« Peres, fait Aucassins, venés avant : je vous ferai bons 30
couvens.
— Et quex, biax fix ?
— Je prendrai les armes, s’irai a l’estor, par tex covens
que, se Dix me ramaine sain et sauf, que vos me lairés
Nicolete me douce amie tant veir que j’aie deus paroles u 35
trois a li parlees et que je l’aie une seule fois baisie.
— Je l’otroi », fait li peres.
Il li creante et Aucassins fu lié.