Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
X, 8 — 71

— Biax fix, fait li pere, tes enfances devés vos faire, nient 40
baer a folie.
— Pere, fait Aucassins, ne m’alés mie sermonant, mais
tenés moi mes covens.
— Ba ! quex covens, biax fix ?
— Avoi ! pere, avés les vos obliees ? Par mon cief ! qui que 45
les oblit, je nes voil mie oblier, ains me tient molt au cuer.
Enne m’eustes vos en covent que, quant je pris les armes et
j’alai a l’estor, que, se Dix me ramenoit sain et sauf, que
vos me lairiés Nicolete ma douce amie tant veir que j’aroie
parlé a li deus paroles | ou trois ? Et que je l’aroie une fois [b]
baisie m’eustes vos en covent ! Et ce voil je que vos me tenés.
— Jo ? fait li peres ; ja Dix ne m’aït, quant ja covens vos
en tenrai ; et s’ele estoit ja ci, je l’arderoie en un fu, et vos
meismes porriés avoir tote paor.
— Est ce tote la fins ? fait Aucassins. 55
— Si m’aït Dix, fait li peres, oïl.
— Certes, fait Aucassins, je sui molt dolans quant hom de
vostre eage ment.
« Quens de Valence, fait Aucassins, je vos ai pris.
— Sire, voire, fait li quens. 60
— Bailiés ça vostre main, fait Aucassins.
— Sire, volentiers. » Il li met se main en la siue.
« Ce m’afiés vos, fait Aucassins, que, a nul jor que vos
aiés a vivre, ne porrés men pere faire honte ne destorbier de
sen cors ne de sen avoir que vos ne li faciès. 65
— Sire, por Diu, fait il, ne me gabés mie ; mais metés
moi a raençon : vos ne me sarés ja demander or ni argent,
cevaus ne palefrois, ne vair ne gris, ciens ne oisiax, que je
ne vos doinse.
— Coment ? fait Aucassins ; ene connissiés vos que je vos 70
ai pris ?