Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
25
XXII, 37 — XXIV, 34

espines l’esparnaiscent. Nenil nient ! ains li desronpent ses
dras qu’a painnes peust on nouer desu el plus entier, et que
li sans li isci des bras et des costés et des ganbes en quarante 5
lius u en trente, qu’aprés le vallet peust on suir le trace du
sanc qui caoit sor l’erbe. Mais il pensa tant a Nicolete sa
douce amie, qu’i ne sentoit ne mal ne dolor ; et ala tote jor
par mi le fórest si faitement que onques n’oï noveles de li ;
et quant il vit que li vespres aproçoit, si comença a plorer 10
por çou qu’il ne le trovoit.
Tote une viés voie herbeuse cevaucoit, s’esgarda devant
lui en mi le voie, si vit un vallet tel con je vos dirai. Grans
estoit et mervellex et lais et hidex ; il avoit une grande hure
plus noire q’une carbouclee, et avoit plus de planne paume 15
entre deus ex, et avoit unes | grandes joes et un grandisme [77]
nes plat et unes grans narines lees et unes grosses levres
plus rouges d’une carbounee et uns grans dens gaunes
et lais ; et estoit cauciés d’uns housiax et d’uns sollers de
buef fretés de tille dusque deseure le genol, et estoit afulés 20
d’une cape a deus envers, si estoit apoiiés sor une grande
maçue.
Aucassins s’enbati sor lui, s’eut grant paor quant il le
sorvit.
« Biax frere, Dix t’i aït ! 25
— Dix vos benie ! fait cil.
— Se Dix t’aït, que fais tu ilec ?
— A vos que monte ? fait cil.
— Nient, fait Aucassins ; je nel vos demant se por bien
non. 30
— Mais por quoi plourés vos, fait cil, et faites si fait duel ?
Certes, se j’estoie ausi rices hom que vos estes, tos li mons
ne me feroit mie plorer.
— Ba ! me connissiés vos ? fait Aucassins.