Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
XXIV, 35 — XXV, 6

— Or tien, fait Aucassins, vint que j’ai ci en me borse, si
sol ten buef.
— Sire, fait il, grans mercis, et Dix vos laist trover ce
que vos querés ! » 70
Il se part de lui ; Aucassins si cevauce. La nuis fu bele et
quoie, et il erra tant qu’il vin ..........
.... si i ......... Nicolete. ..
........ | defors et dedens et par deseure et [c]
devant de flors, et estoit si bele que plus ne pooit estre. 75
Quant Aucassins le perçut, si s’aresta tot a un fais, et li rais
de le lune feroit ens.
« E ! Dix, fait Aucassins, ci fu Nicolete me douce amie, et
ce fist ele a ses beles mains ; por le douçour de li et por
s’amor me descenderai je ore ci et m’i reposerai anuit 80
mais. »
Il mist le pié fors de l’estrier por descendre, et li cevaus fu
grans et haus ; il pensa tant a Nicolete se tresdouce amie
qu’il caï si durement sor une piere que l’espaulle li vola hors
du liu. Il se senti moit blecié, mais il s’efforça tant au mix 85
qu’il peut et ataca son ceval a l’autre main a une espine, si
se torna sor costé tant qu’il vint tos souvins en le loge ; et il
garda par mi un trau de le loge, si vit les estoiles el ciel,
s’en i vit une plus clere des autres, si conmença a dire.


XXV. or se cante.

« Estoilete, je te voi,
que la lune trait a soi ;
Nicolete est aveuc toi,
m’amïete o le blont poil.
Je quid Dix le veut avoir 5
por la lu… e de s…