Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
AUCASSIN ET NICOLETTE

........
........
........
que que fust du recaoir, [d]
que fuisse lassus o toi :
ja te baiseroie estroit.
Se j’estoie fix a roi,
s’afferriés vos bien a moi,
suer douce amie. » 15


XXVI. or dient et content et fabloient.

Quant Nicolete oï Aucassin, ele vint a lui, car ele n’estoit
mie lonc ; ele entra en la loge, si li jeta ses bras au col,
si le baisa et acola.
« Biax doux amis, bien soiiés vos trovés !
— Et vos, bele douce amie, soiés li bien trovee ! » 5
Il s’entrebaissent et acolent, si fu la joie bele.
« Ha ! douce amie, fait Aucassins, j’estoie ore molt bleciés
en m’espaulle, et or ne senc ne mal ne dolor, pui que je
vos ai. »
Ele le portasta et trova qu’il avoit l’espaulle hors du liu ; 10
ele le mania tant a ses blances mains et porsaca, si con Dix
le vaut qui les amans ainme, qu’ele revint a liu ; et puis si
prist des flors et de l’erbe fresce et des fuelles verdes, si le
loia sus au pan de sa cemisse ; et il fu tox garis.
« Aucassins, fait ele, biaus dox amis, prendés consel que 15
vous ferés : se vos peres fait demain cerquier ceste forest et
on me trouve, que que de vous aviegne, on m’ocira.
— Certes, bele douce amie, j’en esteroie molt dolans ;
mais, se je puis, il ne vos tenront ja. »
Il monta sor son | ceval et prent s’amie devant lui, baisant [78]
et acolant, si se metent as plains cans.