Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
AUCASSIN ET NICOLETTE

port du castel de Torelore. Puis demanderent ques terre
c’estoit, et on lor dist que c’estoit le tere le roi de Torelore ;
puis demanda quex hon c’estoit, ne s’il avoit gerre, et on li 10
dist : « Oïl, grande. »
Il prent congié as marceans et cil le conmanderent a Diu ;
il monte sor son ceval, s’espee çainte, s’amie devant lui, et
erra tant qu’il vint el castel ; il demande u li rois estoit, et on
li dist qu’il gissoit d’enfent. 15
« Et u est dont se femme ? »
Et on li dist qu’ele est en l’ost et si i avoit mené tox ciax du
païs ; et Aucassins l’oï, si li vint a grant mervelle ; et vint au
palais et descendi entre lui et s’amie ; et ele tint son ceval et
il monta u palais, l’espee çainte, et erra tant qu’il vint en le 20
canbre u li rois gissoit.


XXIX. or se cante.

En le canbre entre Aucassins,
li cortois et li gentis ;
il est venus dusque au lit,
alec u li rois se gist ;
par devant lui s’arestit, 5
si parla ; oés que dist :
« Di va ! fau, que fais tu ci ? »
Dist li rois : « Je gis d’un fil ;
quant mes mois sera conplis
et je sarai bien garis, 10
dont irai le messe oïr,
si com mes ancestre fist,
et me grant guerre esbaudir [c]
encontre mes anemis ;
nel lairai mie. » 15