Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
AUCASSIN ET NICOLETTE

et grans canpegneus canpés ;
cil qui mix torble les gués
est li plus sire clamés. 10
Aucassins, li prex, li ber,
les coumence a regarder,
s’en prist a rire.


XXXII. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins vit cele mervelle, si vint au roi, si
l’apele.
« Sire, fait Aucassins, sont ce ci vostre anemi ?
— Oïl, sire, fait li rois.
— Et vouriiés vos que je vos en venjasse ? 5
— Oie, fait il, volentiers. »
Et Aucassins met le main a l’espee, si se lance en mi ax,
si conmence a ferir a destre et a senestre, et s’en ocit molt. Et
quant li rois vit qu’i les ocioit, il le prent par le frain et
dist : 10
« Ha ! biax sire, ne les ociés mie si faitement.
— Conment ? fait Aucassins, en volés vos que je vos
venge ?
— Sire, dist li rois, trop en avés vos fait : il n’est mie cos-
tume que nos entrocions li uns l’autre. » 15
Cil tornent en fuies ; et li rois et Aucassins s’en repairent
au castel de Torelore. Et les gens del païs dient au roi qu’il
cast Aucassin fors de sa tere, et si detiegne Nicolete aveuc
son fil, qu’ele sanbloit bien fenme de haut lignage. Et
Nicolete l’oï, si n’en fu mie lie, si conmença a dire. 20