Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
XXXI, 8 — XXXIV, 16


XXXIII. or se cante.

« Sire rois de Torelore, [79]
ce dist la bele Nichole,
vostre gens me tient por fole :
quant mes dox amis m’acole
et il me sent grasse et mole, 5
dont sui jou a tele escole,
baus ne tresce ne carole,
harpe, gigle ne viole,
ne deduis de la nimpole
n’i vauroit mie. » 10


XXXIV. or dient et content et fabloient.

Aucassins fu el castel de Torelore, et Nicolete s’amie, a
grant aise et a grant deduit, car il avoit aveuc lui Nicolete
sa douce amie que tant amoit. En ço qu’il estoit en tel aisse
et en tel deduit, et uns estores de Sarrasins vinrent par mer,
s’asalirent au castel, si le prissent par force ; il prissent 5
l’avoir, s’en menerent caitis et kaitives ; il prissent Nicolete
et Aucassin, et si loierent Aucassin les mains et les piés et si
le jeterent en une nef et Nicolete en une autre ; si leva une
tormente par mer que les espartist.
Li nes u Aucassins estoit ala tant par mer waucrant qu’ele 10
ariva au castel de Biaucaire ; et les gens du païs cururent au
lagan, si troverent Aucassin, si le reconurent. Quant cil de
Biaucaire virent lor damoisel, s’en fisent grant | joie, car [b]
Aucassins avoit bien mes u castel de Torelore trois ans, et
ses peres et se mere estoient mort. Il le menèrent u castel 15
de Biaucaire, si devinrent tot si home, si tint se tere en pais.