Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Victoire.

Dame ! vous savez : le tiers de ce que ça vaut.


Séraphine.

Nous sommes loin de compte, alors !… Que pourrait-on ajouter ? Ah ! ma montre, ma chaîne !… Les boucles d’oreilles sont là dedans, (Elle montre le coffret.) n’est-ce pas ?


Victoire.

Oui, madame…


Séraphine.

Que mettre encore, ma pauvre Victoire !


Victoire.

Et l’argenterie ?


Séraphine.

J’y pensais, mais M. Pommeau s’apercevra…


Victoire.

Bah ! nous laisserons six couverts. Mais j’y pense, à mon tour, nous avons du monde à dîner demain.


Séraphine.

C’est vrai ! comment faire ?


Victoire.

Vous serez malade. Je vais chercher ça.


Séraphine.

Va !


Victoire, sortant.

Un vrai pillage, quoi !