Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une petite affaire. Je suis venue avant l’heure, elle était sortie, et la soubrette a été la prévenir de mon arrivée.


Pommeau.

Est-ce une affaire où je puisse la remplacer ?


Madame Charlot, regardant la pendule.

Pas pour le quart d’heure.


Pommeau.

Puis-je savoir à qui j’ai l’honneur de parler ?


Madame Charlot.

L’honneur est tout pour moi, monsieur…

Elle donne une carte.

Pommeau, lisant.

Madame Charlot, marchande à la toilette, rue Saint-Roch.


Madame Charlot.

Pour vous servir.


Pommeau.

Ce n’est pas chez vous que ma femme à l’habitude de se fournir, j’imagine…


Madame Charlot.

Pourquoi non ? L’enseigne ne fait pas le marchand, et j’en sais de plus huppées…


Pommeau.

Tant pis pour celles-là.


Madame Charlot.

Tous les commerces se valent, monsieur ; histoire