Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nais mon code sur le bout du doigt. Mais le point a été plaidé plusieurs fois et j’ai toujours gagné mes procès ; à m’en faire un, vous ne gagneriez qu’un scandale.


Pommeau.

Et ce point de droit, c’est ?…


Madame Charlot.

Ce n’est pas de droit, monsieur, c’est d’appréciation. Je possède le langage de la chose, vous voyez. La dette d’une femme mariée est exigible pour peu que la somme soit en rapport avec la fortune du mari.


Pommeau.

Eh bien, madame ?


Madame Charlot.

Eh bien, mon cher monsieur, vous avez trente mille livres de rente, par conséquent j’étais fondée à créditer votre épouse de dix mille. Vous êtes du métier, qu’avez-vous à répondre ?


Pommeau.

Un seul mot : je n’ai pas trente mille livres de rente. Quand on les a, on n’est pas clerc de notaire.


Madame Charlot.

Turlututu ! je prouverai devant le tribunal que vous les avez, ou du moins que vous les dépensez.


Pommeau.

Je les dépense ?


Madame Charlot.

Certainement.