Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


martel en tête et compte sur moi… Il n’y a qu’un pas d’ici à la Bourse !


Thérèse.

À la Bourse ? Il n’y met jamais le pied.


Pommeau.

Je le verrai, je l’interrogerai, et je saurai, je te le promets, de quoi il retourne.


Thérèse, vivement.

Oui, je vous en prie, que j’en aie le cœur net, et eût-il perdu toute notre fortune, je me tiendrai encore trop riche, s’il me reste.


Pommeau.

De quel ton tu me dis cela !… quel feu ! toujours la même.


Thérèse.

Prenez un journal, je vais prendre un châle, un chapeau…

Pommeau s’assied et prend un journal sur la table à droite.



Scène IV

THÉRÈSE, POMMEAU, JOSEPH, une lettre pliée en quatre à la main.



Thérèse, à Joseph.

Que voulez-vous ?