Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène V

POMMEAU, THÉRÈSE.



Pommeau.

Cent cinquante francs !… quoi donc ?


Thérèse.

Un chapeau !


Pommeau.

Un chapeau ?


Thérèse.

Oh ! je sentais bien que je ne me trompais pas !


Pommeau.

Ce n’est pas pour toi ?


Thérèse.

Pour moi ? je porte des chapeaux de quarante francs, moi ! je regarde à m’acheter une robe, épargnant sou à sou, vivant comme une recluse, marchandant avec le besoin comme une autre avec le plaisir, pour que mon mari gaspille avec des maîtresses une fortune qui est celle de son fils en somme… de son fils, dont il exploite le nom pour m’aveugler, et dont il ose impudemment se servir comme d’un paravent à ses débauches !


Pommeau.

Thérèse, je ne t’ai jamais vu ainsi…


Thérèse.

Vous me demandiez ce que je cherchais tout à l’heure ? Eh bien, c’était son portefeuille ! Ce portefeuille oublié en voiture, avant-hier, vous vous souvenez, n’est-ce pas ? c’était le sien.