Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pommeau.

Ne la fatigue pas… elle est un peu souffrante… la migraine. (À Thérèse.) Si tu m’en croyais, tu prendrais un châle, tu viendrais avec nous ; le grand air te soulagerait peut-être, et la distraction…


Séraphine, s’approchant.

Vous qui aimez tant les fleurs !


Thérèse, reculant jusqu’à Pommeau.

Je préfère rester.


Pommeau.

Un peu de courage…


Thérèse.

Du courage ! Je vous jure que j’en ai plus que vous ne croyez.


Séraphine.

C’est mon chapeau que vous regardez ?


Thérèse, vivement.

Non !


Séraphine.

Allons ! un effort, ma belle Thérèse !


Thérèse.

Je reste, vous dis-je. (Bas, à Pommeau.) Emmenez-là, j’ai besoin d’être seule, et pas un mot surtout !


Pommeau, bas à Thérèse.

Je te le promets. (À Séraphine.) On nous renvoie, mon minet.


Séraphine.

Adieu, Thérèse ! soignez-vous bien ! adieu !