Page:Augustin Crampon - La Bible, édition en un volume, Desclée, 1904.djvu/535

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


• Chap. VI, 22. IIme LIVRE DES MACHABEES . Chap. VII, 14. viands dont il etait permis de laire.tous, dit : " Que deinondes-tu, et que usage et prepares par lui, et a feindre de i veux-tu apprendre de nous ? Nous sommanger des chairs de la victime, comme ; mes prets d mourir plutot que de tr^s- " > 1 rT A -° rd0, ? n f’ , afin ^’ cela cesser la loi ^ nos peri "’ Le roi h", 1 H 1 IlLJST™ 5 £ i a m ? rt et P ?; - • outre de col6re - commandade mettresu^ nut de cette humanite due a sa v.eille - le feu des poeles et des chaudieres Ausamrtie pour eux Mais lui, faisant de j sitot qu’ellesfurent brulanS ^ cunt sages reflexions, chgnes de son age, de , manda de couper la langue a celui qui la haute consideration que lui donnait sa = avait parte le premier, puis de lui enJev. eillesse et les nobles cheyeux Wanes ver la peau de la tete et de lui trancher qui sy ajoutaient.de la vie tres pure i les extremites sous les yeux de sesautrS qu 1 avait menee depuis l’enfance, et freres et de leur mere/ LorsquW £ut Tr nl,f m ? le ^ la V oa * ?""* etablie ainsi complement inutile,™ ordonna par Dieu meme, il repondit en conse- ; quon I’approchat du feu, Spirant enquence, disant qu’on I’envoyat sans tar- ■ core, et qu’on le fit rotir dans lTpoae

l^T 1 d6S m0rt !- " Anotreage, Pendant que la vapeur de "a potfcse 

en effet, .1 ne convient pas de feindre ; repandait au loin, seVfrereset leVmere tfiZSEi ^" C ° UP r JC " ne ? genS ne ’ s ’«h°rtaient mutuellement a mourir avec soupconnent Eleazar d avoir, a quatre- courage : •’ Le Seigneur Dieu voit di- < -c S£L aD p’ ""^ , deS . mtBurs ^te, * U a vKnt companion

T^T« im Eu *- men i es - a 1 "". * eause ; de nous, selon que Molse l’a annonce, 

de ma dissunulation, et pour un reste de> dans le cantique qui proteste en face vie perussable, seraient egares, et j’atti- j contre 7W, en disant : II aura %& rerais sur ma viedlesse la honte et l’op- ! de ses serviteiirs " P &™fiJ2fST 1 ’ ^ ’ Le P^mier etantmortde cette manie- , S c chat "nent des hommes, je 1 re, on amena le second pour le supplice V du Tout1>u a ^nV Vant r° U f 0rt ’ l6S maln ^ ! et *** lui avoir arra <*e la peaXla " 7 ™ •. !, J u^ssant C’est pourquoi, si tete avec les cheveux, on lui demanda mauitenant je quitte cette vie avec cou- * s’il voulait manger du 2/avant d^S ^8 R 4K je J^ , m ° ntrenii * ?" torture dans to " s 1« membr« de £n nL inf ff^h,, J ]a TT aU * ^ : ""P 8 - II re P° ndit da °s la langue de ses S nes gens le noble exemple d’une mort i peres : " Non’ " C’est nourmmi ;i «.wt SSSSJS^ *~ ? I6S V ^’ *™ tour l^-m&^Ce^Vue

■Wr^ nlvf ..i 13 ? 01 amsi J P ar,e - ’ Premier. Au moment de rendre le der- q

Ike Cet auT ? v l ^S^ f " f^ ’ " ier SOupir ’ a dit : " S " lerat 1 ue tu «. 

29 puct. teux qui 1 y conduisaient chan- tu nous otes la vie oresente mzus le Roi P$£tS££ bienvei,lan f Ce 1 u ’ ils de Snivel, noul S tera^ur Jne iw avaiene montree un moment, regar- vie eternelle, nous qui mourons oour etre dant comme insensees les paroles qu’il fideles a ses lois. " ^ J dTifeSro.upH" !^ i demS ¥• L n tortura ?f tro ^ me - A Ia ’° sounir Pt H.t . « ! r - c • P " 5 ? 11 " n demande du bourreau, il presenta aussi-SceSunte voit a J ^v’r- h a ^ I t6t «* lan S ue « tendit intrepidemen ?^ naHM^S ? > T’ *° a , nt ^ hap - mains ’ et M dit avec un noble courage • 1 1 per a la mort, j endure sous les batons » J e tiens ces membra rf« ripi „Xd ^ , me P r,se » et c est peuple, un exemple de courage et un

memorial de vertu.

II arriva aussi qu’on prit sept freres 

avec leur mere, et que le roi voulut les

contraindre, en les dechirant a coups de

ouets et de nerfs de boeuf, d manger de

a chair de pore, interdite par la loi.

- L un d eux, prenant la parole au nom de

VII, 1 Sept frirts : on les appellc souvent

its sept frires Mackabies, non qu’ils fusscnt « la famille de Judas MachaWe, mais parce


de ce jeune homme, qui comptait pour

rien les tortures.

Lui mort, on fit subir au quatrieme les 13

memes tourments. Sur le point d’expU 14

pirer, il dit : ** Heureux ceux qui meu-

rent de la main des hommes, avec Tes-

perance qu’ils tiennent de Dieu d’etre

ressuscites par lui ! Pour toi,ta resurrec-

tion ne sera point pour la vie. "

qu’ils souflfrirent le martyre a cette ^poque et que leur supplice est raconte* au livre des Ma* cbabees.

- 527 —