Page:Aurel - Les Jeux de la flamme.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE


J’ai pris une figure[1]. J’ai voulu l’animer du souffle que j’avais.

Je lui aurais aimé des mouvements plus souples et logiques entre eux ; mais aussi mal vivante qu’elle soit, elle est passée devant et m’a laissée, et je n’ai plus su que la suivre.

Il faut chercher ici plus qu’un roman, l’histoire d’une sensibilité, celle de toute femme indocile et sensible qui se fût trouvée dans la sphère de Lisbé.

S’épuisant tour à tour aux émotions de l’homme et de la famille, éternelle étouffée, sans passer par l’état de grâce où l’excès d’âme se tairait pour faire place à la vie.

  1. Terme par lequel les sculpteurs désignent le premier aspect de la forme, à peine dégrossie, sortant du bloc de terre.