Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’eût accepté ! si aimable ! si bonne ! oh ! nous l’aurions beaucoup mieux aimé, et Charles serait bien plus heureux. Papa et maman ont toujours pensé que sa plus intime amie, lady Russel, l’a engagée à refuser mon frère. Charles n’était pas assez savant, assez aimable pour plaire à lady Russel ; Alice ne voit que par ses yeux ; sans cela elle eût épousé Charles, et je suis bien fâchée que ce mariage n’ait pas eu lieu.

— J’en conclus que miss Elliot est aussi sans caractère, » dit Wentworth.

Ils s’étaient levés, et continuèrent leur route ; Alice n’entendit plus rien ; il lui parut que le capitaine ne parlait plus. Son émotion la fixa quelque temps à la même place ; il lui fallut un grand effort pour se remettre avant de pouvoir se lever. Le proverbe des écouteurs n’était pas précisément ce qui lui était arrivé ; elle n’avait pas entendu dire de mal d’elle, mais elle avait entendu quelle opinion son refus et la faiblesse de son caractère avaient donné d’elle à Wentworth. Elle savait quelle impression pénible ils avaient produit. Le mélange de dépit et de curiosité qu’il avait témoigné en parlant d’elle était bien fait pour l’agiter. Aussitôt qu’il lui fut possible, elle