Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


douleur ; vous resterez dans le carrosse avec elle, et j’irai seul leur dire combien Henriette a besoin de ménagement : ils feront pour elle ce qu’ils ne feraient pas pour eux-mêmes, et prendront sur eux de modérer leur chagrin pour ne pas augmenter celui d’Henriette. Approuvez-vous ce plan, miss Elliot ? »

Elle l’approuva ; il parut satisfait, et ne dit plus rien ; mais cet appel à son opinion, cette déférence à son jugement, lui fit un grand plaisir ; elle y vit une preuve d’un reste d’amitié et de confiance. Quand on a tout perdu, on se contente de peu.

Tout alla comme Wentworth l’avait prévu : il annonça l’accident en l’adoucissant autant qu’il lui fut possible ; Alice employa toute sa sensibilité pour les consoler et les calmer ; quand elle y eut réussi, et que le capitaine Wentworth vit le père et la mère aussi tranquilles qu’ils pouvaient l’être, et leur fille faisant de son mieux pour les consoler, il annonça son intention de retourner à Lyme dans la même voiture ; et dès que les chevaux furent un peu reposés, il partit.


fin du premier volume.