Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et sûrement Elisabeth trouverait à Bath des connaissances plus convenables que madame Pénélope Clay, ce qui paraissait à lady Russel un objet d’une grande importance. Elle n’aimait pas Elisabeth pour elle-même, c’était bien impossible ; mais elle s’intéressait à elle, parce qu’elle était la fille de son amie, et sans qu’elle s’en doutât elle-même, la beauté et la digne froideur d’Elisabeth lui imposaient ; elle ne l’aimait pas comme elle aimait Alice ; mais elle admirait sa belle figure, sa belle tenue, la manière dont elle soutenait son rang, à l’exception cependant de son amitié pour mistriss Clay, qu’elle ne pouvait ni comprendre ni approuver.



――――