Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Emma ne savait trop ce qu’on pouvait retenir de ce galimatias.

« Je ne sais en vérité plus ce dont je parlais. — Oh ! c’était des lunettes de ma mère. Il est si obligeant, ce M. Frank Churchill ! Oh ! dit-il, je crois que je suis en état de fixer ce rivet ; j’aime beaucoup un ouvrage de cette espèce. Ce qui, comme vous savez bien, montre qu’il est très… En vérité je dois dire que tout ce que j’ai entendu de lui, tout ce que j’en attendais, tout ce que j’en ai vu est bien inférieur à ce qu’il est. Je vous félicite, madame Weston, de tout mon cœur. Il est tout ce que les parens les plus tendres peuvent… Oh ! dit-il, je puis arrêter ce rivet. J’aime ces sortes d’ouvrages. Je n’oublierai jamais ses manières. Et lorsque j’apportai les pommes cuites, et que je priai nos amis de vouloir bien nous faire le plaisir d’en manger. Oh ! dit-il