Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







CHAPITRE XXVII.


L’apparence du petit salon, lorsqu’elles entrèrent, était celle de la tranquillité même. Madame Bates, privée de ses occupations journalalières, sommeillait dans un coin de la cheminée, Frank Churchill, à une table près d’elle, travaillait à ses lunettes, et Jeanne Fairfax, qui leur tournait les dos, était à son piano. Quelqu’occupé que fût le jeune homme, il ne laissa pas de prouver à Emma combien sa présence lui était agréable.

« Quel plaisir pour moi, lui dit-il à voix basse, que vous soyez arrivée dix minutes plus tôt que je ne vous attendais. Vous me trouvez occupé à me rendre utile : dites-moi si vous croyez que je réussirai. »