Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la vérité du fait, j’ai peine à y croire. Je me flattais de le connaître. »

Emma entendait à peine ce qu’elle disait. Son esprit était partagé sur deux idées différentes. Ses conversations avec lui sur mademoiselle Fairfax, et la pauvre Henriette ; et pendant quelque temps, elle ne fit que des exclamations et demander de rechef la confirmation de ce qu’elle avait entendu.

« Fort bien, dit-elle enfin, en tâchant de se remettre, c’est une histoire à laquelle il faut que je pense au moins la moitié de la journée avant de la comprendre. Comment avoir été engagé avec elle pendant tout l’hiver. Avant qu’ils soient venus à Highbury… »

« Oui, Emma, engagé depuis le mois d’octobre. Cela m’a fait une peine horrible, ainsi qu’à son père. Nous ne