Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pouvons excuser quelques parties de sa conduite. »

Emma réfléchit un moment, et répliqua : « Je ne veux pas prétendre cause d’ignorance, je vous entends, et je vais vous donner toute la consolation dont vous avez besoin. Je vais vous surprendre, mais bien agréablement. Sachez donc que les soins que ma rendus M. Frank Churchill, n’ont point eu l’effet auquel vous vous attendiez. »

Madame Weston leva les yeux, craignant d’avoir mal entendu ; mais la contenance d’Emma était aussi assurée que ses paroles.

« Pour que vous ayez moins de difficulté à croire à la parfaite indifférence dont je me glorifie, continua-t-elle, je vous dirai, de plus, qu’il y eut un temps, au commencement de notre connaissance, que je le trouvais