Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
ET PRÉVENTION

» — Ceci ne dépeint nullement votre caractère, dit-il ; à quel point cela approche-t-il du mien, c’est ce que je ne saurais dire ; vous croyez sans doute en avoir tracé un portrait bien fidèle.

» — Je ne puis juger mon propre ouvrage. »

À cela, point de réponse de Darcy, et nouveau silence jusqu’au moment où ayant descendu la contredanse, il lui demanda si elle et ses sœurs allaient souvent à Meryton ; elle répondit affirmativement ; et ne pouvant résister à la tentation, elle ajouta :

« Quand vous nous y avez rencontrés l’autre jour, nous venions de faire une nouvelle connaissance. »

L’effet fut prompt ; une plus haute nuance de fierté se répandit sur son visage, mais il garda le silence, et Élisabeth, fâchée de sa propre faiblesse, ne put continuer ce discours. À la fin pourtant il parla, et dit d’un air contraint :

« M. Wickham est doué d’un extérieur si aimable qu’il ne peut manquer