Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
181
ET PRÉVENTION

» — Et d’injustes préventions ne vous aveuglent jamais ?

» — Je me flatte que non.

» — Il est essentiel, pour qui ne change point d’opinion, de savoir bien juger une première fois.

» — Pourrai-je vous demander à quoi tendent ces questions ?

» — Au seul désir de connaître votre caractère, répondit-elle, s’efforçant de reprendre un air gai ; je cherche à vous deviner.

» — Eh bien ! y réussissez-vous ?

» — Je ne sais ; sur votre compte les témoignages différent, et cela m’embarrasse tout à fait.

Il répondit d’un ton sérieux :

» — Il m’est aisé d’imaginer, Mademoiselle, que les discours sur mon sujet varient beaucoup ; et je pourrais souhaiter que vous différassiez encore à tracer mon caractère ; car il est à croire qu’à cette heure le portrait ne nous ferait honneur ni à l’un ni à l’autre.

» — Mais, si je ne le fais maintenant,