Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
201
ET PRÉVENTION

« Demain, ajouta-t-il, je pars pour Londres où m’appellent pour quelques jours des affaires pressantes ; mais ma visite, madame, puisque vous l’agréez, suivra de près mon retour. »

Mme Bennet fut parfaitement satisfaite, et quitta la maison dans la douce persuasion qu’en comptant le temps nécessaire pour les préparatifs des noces, l’achat de nouvelles voitures, du trousseau, etc., elle verrait, avant trois mois, sa fille établie à Netherfield ; elle pensait aussi, avec une égale confiance, et presque autant de plaisir, au mariage de sa seconde fille avec M. Colins. Élisabeth lui était moins chère que ses autres enfans ; et encore que le parti lui parût sortable pour elle, M. Bingley et Netherfield effaçaient de son esprit toute autre pensée.