Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
200
ORGUEIL

de la maison force louanges sur l’élégance de leur bal, la beauté du souper, le choix des convives, et vantait surtout l’hospitalité, et la grâce avec laquelle ils en avaient fait les honneurs. Darcy ne dit pas un seul mot. M. Bennet, également silencieux, s’amusait pour sa part de cette scène. Hélen et Bingley tous deux debout un peu à l’écart, s’entretenaient ensemble. Pour Élisabeth, elle sut, à l’exemple de Mme Hurst et miss Bingley, garder un silence obstiné, et le babil même de Lydia se réduisit à ces mots : « Oh, que je suis lasse ! » accompagnés d’un long bâillement.

Lorsque enfin ils se levèrent pour prendre congé, Mme Bennet témoigna à toute la famille le plus vif désir de les posséder au plutôt à Longbourn ; elle s’adressa particulièrement à M. Bingley, l’assurant qu’il leur ferait le plus grand plaisir, s’il voulait souvent et sans cérémonie leur venir demander le dîner de famille. Bingley, heureux de l’idée de voir Hélen, accepte avec reconnaissance :