Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
204
ORGUEIL

mélange d’embarras et d’envie de rire qu’elle éprouvait. Mme Bennet et Kitty s’étant retirées, il commença ainsi :

« Croyez, ma chère Mlle Élisabeth, que votre modestie, loin de vous nuire, ajoute un nouvel éclat à vos divines perfections ; sans cette légère résistance, vous seriez moins aimable à mes yeux ; mais permettez-moi de vous assurer que j’ai obtenu de votre respectable mère, l’autorisation de vous déclarer mes sentimens. Le but de mon discours doit vous être connu : cependant votre délicatesse naturelle pourrait vous engager à quelque dissimulation ; mes attentions pour vous ont été trop marquées pour pouvoir échapper à votre pénétration. Presqu’à mon entrée dans cette maison, je vous ai choisie pour ma compagne, mais avant de céder à l’impétuosité des sentimens que vous m’inspirez à si juste titre, je dois vous dire quelles sont les raisons qui m’engagent à me marier, et pourquoi je viens dans Hertfordshire chercher une femme. » Aux sentimens