Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
208
ORGUEIL

vous ai pas encore dit un seul mot, laissez-moi du moins vous répondre : recevez je vous prie, les remercimens de l’honneur que vous me faites, je sens tout le prix des avantages que vous m’offrez, mais je ne puis que les refuser.

» — Ce n’est pas d’aujourd’hui que je sais, reprit M. Colins, que toute femme se fait une loi de rejeter d’abord les hommages de l’homme qu’en secret elle préfère, et que souvent même ce refus est réitéré plus d’une fois : par conséquent, bien loin d’être découragé par ce que vous venez de me dire, je conserve le doux espoir de vous conduire avant peu au temple de l’hyménée.

» — Vraiment, monsieur ! s’écria Élisabeth, après ma déclaration, votre espoir me paraît singulier ; je ne suis point, je vous assure, de ces femmes (s’il en est comme vous le dites) assez hardies pour rechercher, au risque de leur bonheur, le plaisir toujours incertain d’être demandées deux fois. Mon refus est très-sérieux ; vous ne sauriez faire mon bon-