Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
210
ORGUEIL

affaire comme absolument terminée. » Et se levant aussitôt, elle sortait de l’appartement, si M. Colins n’eût repris :

« Quand j’aurai le plaisir de vous en reparler, j’espère obtenir une réponse plus favorable que celle dont vous venez de m’honorer ; mais je suis loin de vous accuser de cruauté ; je connais les femmes, et je crois même, que pour une première demande, vous m’avez encouragé autant que la délicatesse de votre sexe le permet.

» — De bonne foi, M. Colins, repartit-elle vivement, vous confondez toutes mes idées, si ce que je viens de dire vous paraît un encouragement. Quels termes faut-il employer pour vous exprimez mon refus ?

» — Vous me permettrez, ma belle cousine, de ne voir dans vos refus que de vains mots. J’ai quelques raisons de penser ainsi ; je ne puis imaginer, que je sois en aucune manière indigne de vous, ou que l’établissement que je vous offre ne soit pas très-avantageux ; mon état,