Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
213
ET PRÉVENTION


CHAPITRE XX


M. Colins n’eut pas le loisir de réfléchir beaucoup à l’heureux succès de ses amours ; car Mme Bennet ayant attendu dans le vestibule la fin de la conférence, ne vit pas plutôt la porte du salon s’ouvrir, et Élisabeth s’avancer avec précipitation vers l’escalier, qu’elle le vint trouver, et lui témoigna dans les termes les plus expressifs, tout le plaisir qu’elle aurait à l’appeler son gendre… M. Colins reçut ses félicitations, et y répondit avec joie, non sans lui conter tout au long les détails de leur entrevue, dont le résultat, selon lui, était des plus satisfaisans, puisque le refus formel de sa belle cousine ne pouvait venir naturellement que de son extrême modestie, et d’une délicatesse de sentiment tout à fait aimable.

Le récit néanmoins surprit Mme Ben-