Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
214
ORGUEIL

net ; elle aurait bien voulu être comme lui, persuadée qu’Élisabeth, en rejetant ses offres, n’avait eu dessein que de l’encourager ; mais elle n’osait le croire, et ne put s’empêcher d’en exprimer ses craintes :

« Mais soyez assuré, M. Colins, ajouta-t-elle, qu’on fera entendre raison à Lizzy ; je vais moi-même lui parler, c’est une petite sotte, une petite entêtée, qui ne sait pas ce qu’il lui faut ; je saurai bien le lui apprendre.

» — Pardonnez, madame, mon incivilité, mais s’il est vrai que votre fille soit et sotte et entêtée, elle ne peut être une femme désirable pour un homme comme moi, qui naturellement cherche le bonheur dans le mariage. Si donc elle persiste dans son refus, il serait peut-être prudent de ne point forcer son inclination, attendu qu’avec de tels défauts elle ne pourrait contribuer à ma félicité.

» — Vous m’avez mal entendu, Monsieur, dit Mme Bennet, tout alarmée,