Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
221
ET PRÉVENTION

moment où M. Colins les vint joindre, et le voyant entrer, elle dit à ses enfans :

« Maintenant, Mesdemoiselles, c’est à votre tour de vous taire ; qu’aucune de vous ne vienne m’interrompre, je veux avoir avec Monsieur un moment d’entretien »

Élisabeth se hâta de quitter l’appartement, elle fut suivie par Hélen et Kitty ; mais Lydia, loin d’imiter leur discrétion, paraissait décidée à tout écouter ; et Charlotte, d’abord retenue par M. Colins, qui, avec beaucoup de civilité s’informait de ses nouvelles, par un peu de curiosité, se contenta d’aller à la fenêtre et de feindre de ne pas entendre.

D’un accent plaintif Mme Bennet commença ainsi l’entretien annoncé : « Oh ! M. Colins !

» — Ma chère dame, gardons, je vous prie sur ce point un silence inviolable… — Loin de moi, continua-t-il bientôt d’une voix altérée, toute idée de ressentiment ! Supporter avec résignation les