Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
222
ORGUEIL

contrariétés de la vie, c’est le devoir de l’homme ; le devoir surtout d’un ecclésiastique comme moi qui, à l’âge où je suis, ai déjà obtenu un si notable avancement, et je crois être résigné. Peut-être le serais-je moins, si je n’avais quelques raisons de croire que ma belle cousine, en m’honorant de sa main, n’aurait pu me rendre vraiment heureux, car j’ai souvent fait cette remarque, Madame, que la résignation n’est jamais plus facile, que quand le bien qui nous est refusé commence à perdre pour nous une partie de son prix ; ne croyez point, madame, que j’aie voulu manquer au respect, en renonçant comme je le fais à Mademoiselle votre fille, sans vous avoir préalablement suppliée d’interposer votre autorité en ma faveur ; l’usage voulait, je crois, qu’au lieu d’accepter mon congé de la bouche de ma belle cousine, j’eusse attendu à le recevoir de vous ; mais après tout, nul homme n’est infaillible ; je vous puis assurer que mon intention était