Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
228
ORGUEIL

ne vous eusse connue, ma bien tendre amie ; mais il faut espérer que nous verrons quelque jour renaître ces momens délicieux passés ensemble dans la plus douce intimité ; en attendant ne pouvons-nous pas adoucir les peines de l’absence par un commerce suivi ? je compte sur vous pour cela. »

Des expressions si exagérées furent écoutées par Élisabeth d’un air fort indifférent ; et bien qu’un départ si soudain, lui causât quelque surprise, elle n’y voyait rien qui dût l’inquiéter. Le moyen de supposer que parce que ces dames avaient quitté Netherfield, Bingley n’y reviendrait plus ; et quant à leur société, elle se persuadait, que celle de leur frère, consolerait bientôt Hélen de cette légère privation.

« Il est fâcheux, dit-elle, après un moment de silence, que vous ne puissiez voir vos amies avant leur départ ; mais nous avons lieu de croire que les momens délicieux, dont parle Mlle Bingley renaîtront plus tôt qu’elle ne l’imagine, et