Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
229
ET PRÉVENTION

que cette intimité si douce entre deux amies, ne le sera pas moins entre deux sœurs. M. Bingley ne restera pas à Londres pour leur bon plaisir.

» — Caroline dit très-positivement que nul de la famille ne reviendra cet hiver dans Herfordshire ; je vais vous lire ce qu’elle me marque à ce sujet.

« Hier lorsque mon frère nous quitta il s’imaginait que les affaires qui l’appelaient à la ville seraient promptement terminées ; nous sommes sûres du contraire : d’ailleurs nous pensons bien que Charles une fois à Londres, ne sera guère tenté de revenir ici ; et nous nous sommes tous décidés à l’aller retrouver, sachant le plaisir que nous lui ferons ; la plupart des gens que je connais sont déjà à Londres ; que ne puis-je, ma tendre amie, vous y voir aussi ! mais un tel bonheur n’est pas fait pour moi : je désire sincèrement que votre hiver dans Herfordshire se passe aussi gaiement que de coutume, et j’espère que vous aurez assez de danseurs, pour ne point vous aper-