Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
ET PRÉVENTION

nutes après en avoir eu l’idée. Cependant, pour le moment, je m’y crois fixé.

» — Voilà absolument ce que j’eusse pensé de vous, dit Élisabeth.

» — Vous commencez à me comprendre ! s’écria-t-il en se tournant vers elle.

» — Oh ! oui, je vous entends parfaitement bien.

» — J’aimerais à prendre ceci pour un compliment ; mais être sitôt pénétré, cela ne fait-il pas un peu pitié ?

» — C’est selon : je ne prétends pas dire qu’un caractère caché, difficile à connaître, soit plus ou moins estimable que le vôtre.

» — Lizzy ! s’écria sa mère, pensez où vous êtes, n’allez pas vous livrer à toutes ces boutades indiscrètes que l’on vous permet à la maison.

» — Je ne savais pas, continua M. Bingley, que vous étudiassiez les caractères ; cette occupation doit être très-intéressante.

» — Oui ; mais les caractères embrouil-