Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
4
MILLE ET UN JOURS

industrielles, et ces campagnes couvertes à cette époque d’une moisson dorée invitant la faux du moissonneur seraient, avant quelques semaines, dévastées, saccagées, pillées et incendiées.

À Anvers, grande agitation. La garde civique a été appelée, et la rumeur circule, ce soir-là, 30 juillet, que l’Allemagne a des intentions sinistres, qu’elle se dispose à violer la neutralité de la Belgique. La seule mention d’un acte si contraire aux lois internationales soulève l’indignation de tous ceux que nous rencontrons. Nous traversons la ville et nous nous rendons à Capellen, village situé à six milles au nord de la ville d’Anvers, sur la grande chaussée Anvers-Rotterdam.

Le samedi, 1er août 1914, nous nous rendions d’Anvers à Bruxelles, puis à Ostende, où nous devions occuper une villa au bord de la mer, exactement à Middelkerke. Middelkerke est une place charmante qui vient justement d’être évacuée par les Allemands, et qui est située à mi-chemin entre Ostende et Nieuport. C’est des environs de Nieuport que partait la ligne de séparation entre les armées alliées et les armées teutonnes pendant les quatre années de la guerre.

Je me permettrai d’ouvrir ici une parenthèse afin de raconter un incident qui pourra jeter quelque lumière sur les intentions de l’Allemagne envers la Belgique.

Au moment où le train à destination d’Ostende