Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Chapitre XVIII


en ma qualité de médecin


Pendant mes trois années de captivité à la prison de Berlin, j’ai pu pratiquer ma profession de médecin assez librement. Les soins médicaux étaient censés être donnés aux prisonniers par un vieux praticien de Berlin qui venait à la prison chaque jour, de neuf heures à dix heures de l’avant-midi. Les malades, — quand ils pouvaient marcher, — se rendaient à son bureau, accompagnés par un sous-officier. À dix heures, le vieux médecin quittait la prison pour n’y revenir que le lendemain à la même heure, de sorte que pendant 23 heures, chaque jour, j’étais le seul médecin auquel on pouvait avoir recours dans la section de la prison où se trouvait ma cellule.

L’une des trois sections triangulaires de la prison était exclusivement occupée par les soldats allemands accusés d’avoir manqué à la discipline. La plupart attendaient là le moment de passer en Cour martiale. À plusieurs reprises, j’ai été prié d’aller donner mes