Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Son père et sa mère étaient allemands ; lui-même était né à Anvers, mais à l’âge de 18 ans il avait opté pour la nationalité belge. Il avait satisfait à toutes les lois du pays au point de vue militaire. Il n’était pas enrôlé dans l’année belge, mais il était porteur de papiers établissant son exemption.

Anvers, connue on le sait, était occupée par les Allemands depuis le 9 octobre 1914. Quelques mois plus tard, Werner reçut un avis d’avoir à se rapporter au commandant d’un district militaire de Westphalie. Il refusa de se conformer à cet ordre, malgré les instances de sa vieille mère qui, allemande elle-même, aurait voulu voir son fils dans les rangs de l’armée du Vaterland.

Après deux mois, un second avis lui était adressé, lui enjoignant de se rapporter sans délai au commandant de ce même district militaire dont il est fait mention dans le paragraphe précédent. Werner, malgré les supplications de sa mère, refusa encore de se rendre. Enfin, un dernier avis lui fut envoyé avec menace de mesures de rigueur à son endroit s’il n’obtempérait pas.

Plutôt pour ne pas affliger sa vieille mère que par crainte des menaces qu’on lui faisait, Werner décida de se rapporter mais il se munit, avant son départ d’Anvers, de tous les papiers d’identification possibles, démontrant sa nationalité belge, et démontrant également qu’il avait satisfait à toutes les exigences de la loi du service militaire belge.