Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
167
EN PRISON À BERLIN

pour nous permettre de faire un repas. En 1916, on ne pouvait distribuer de vivres, mais on fit cadeau, à chaque prisonnier, soit d’un sous-vêtement, soit d’une paire de chaussettes. En 1917, il y eut bien un arbre de Noël, mais très sec, car on ne distribua rien. La situation économique, à l’intérieur de l’Allemagne, et à Berlin en particulier, était telle qu’il était impossible de faire une distribution quelconque.

Au cours d’une promenade que je faisais au Tiergarten, durant l’année dernière (1917), il me fut donné de voir passer, dans une rue qui longe ce parc, l’idole du peuple allemand à cette époque, le grand général Hindenburg. Il était en automobile, avec un autre officier, et comme j’étais, avec le sous-officier m’accompagnant, sur le bord même de la chaussée, du côté du parc, la figure du célèbre général m’est apparue en pleine lumière. Ce jour-là, en rentrant à la prison mon sous-officier annonça, à coup de trompe, qu’il avait vu, de ses yeux vu : Hindenburg ! Les autres sous-officiers le regardaient en ayant l’air de dire : — « Vous vous vantez ! » je dus intervenir pour confirmer son assertion, et je suis sûr qu’à ce moment, moi, simple prisonnier et sujet anglais, je fus considéré comme un des hommes les plus chanceux qui soient, tant ce chef du grand État-Major était entouré de respect, d’admiration et de vénération. Bismarck lui-même, de son vivant, n’a jamais vu son front nimbé d’une pareille auréole.