Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
168
MILLE ET UN JOURS

Le peuple allemand n’est pas démonstratif : il est plutôt taciturne et songeur. Un jour, comme nous étions sur le quai de la gare, attendant le train pour nous rendre au parc, les journaux du midi venaient d’être mis en vente, et tous ces gens les lisaient posément, religieusement, mais sans faire le moindre mouvement indiquant l’impression ressentie au cours de cette lecture. C’était à l’époque de la grande offensive austro-allemande contre l’Italie, en novembre 1917, si j’ai bonne mémoire. Une nouvelle sensationnelle venait d’être publiée : des titres flamboyants annonçaient une grande avance allemande et la prise d’une quarantaine de mille prisonniers. Après avoir pris connaissance de cette dépêche, je me mis à observer les gens qui lisaient dans mon voisinage. Je continuai mon observation au cours du trajet, dans le compartiment que nous occupions, et je n’ai jamais remarqué le moindre sourire de satisfaction se dessiner sur la figure de ces Allemands. Personne ne semblait devoir en causer avec ses compagnons de route. Cela semblait la chose la plus naturelle, ou la plus insignifiante du monde.

Le peuple allemand commençait-il à réaliser que toutes ces victoires remportées par leurs armées depuis trois années ne laissaient entrevoir aucune solution heureuse, ou bien le sentiment de l’enthousiasme s’était-il émoussé chez lui après trois années de luttes, de privations et de sacrifices ?… Ou bien encore,