Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
169
EN PRISON À BERLIN

entre la bureaucratie gouvernementale, intensément militarisée, et la masse du peuple n’y avait-il plus aucune entente, ni aucun lien de sympathie ? Je laisse au lecteur la solution de ce problème.

Je ne me rappelle plus maintenant le nom de cet Américain qui, le premier de sa nationalité, fut interné à la Stadtvogtei. C’était un homme maladif. Il nous arriva vers le temps où l’ambassadeur M. Gérard était absent. Cela se passait, je crois, au mois d’octobre ou de novembre 1916. Cet Américain prétendait qu’il n’eût jamais été interné si M. Gérard n’avait pas quitté Berlin. Il nous a souvent exprimé des craintes au sujet de la sécurité de M. Gérard. Il était sous l’impression que l’Allemagne désirait sa perte, et qu’en retournant en Amérique, M. Gérard courait grand risque d’aller au fond de la mer. Il prétendait qu’on le détestait souverainement à Berlin, et qu’on le considérait comme un ennemi des intérêts allemands.

Il ne me semble pas hors de propos de mentionner ici qu’une petite polémique eut lieu, dans les journaux allemands, au sujet de Madame Gérard. Certaines feuilles l’avaient accusée d’avoir ignoré les bienséances jusqu’au point d’attacher la croix de fer au cou de son chien et de s’être promenée, avec son chien ainsi affublé, dans les rues de Berlin. L’affaire fit tellement de bruit, qu’un journal semi-officiel, la Gazette de l’Allemagne du Nord, publia un éditorial