Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
173
EN PRISON À BERLIN

— « Pourquoi me demandez-vous cela ?… Puisque je vous le dis. Puisque c’est décidé ! »  … 

— « Eh ! bien, je me rappelle qu’il y a deux ans vous m’avez communiqué, à la prison, une nouvelle semblable à celle-ci, et cependant je suis demeuré pendant deux ans encore votre pensionnaire. »

Il promena vaguement son regard du côté du plafond, sembla chercher dans son passé s’il n’avait pas quelque chose à se reprocher, puis, avec un léger sourire, il admit que c’était vrai, mais qu’en vérité, cette fois-ci, il était question d’un échange entre moi et un prisonnier allemand, en Angleterre.

Les conditions avaient été arrêtées, et l’échange devait se faire incessamment. Je n’avais rien à ajouter si ce n’est de lui témoigner la satisfaction que j’éprouvais de sortir enfin de l’Allemagne. À une question que je lui posai il me répondit que ma qualité de député au parlement et de conseiller privé était cause de ma longue détention.

Il ajouta que tous les documents, papiers, catalogues, livres, correspondances, etc., etc., imprimés ou manuscrits, qui pourraient m’être utiles et que je désirais apporter avec moi devraient être soumis à la censure à Berlin.

De retour à la prison, je me mis donc à faire un triage de mes paperasses, livres et lettres reçues pendant ma captivité. J’en fis un paquet assez volumineux que j’envoyai au censeur. Tout cela fut minutieusement censuré, placé sous enveloppes soi-