Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
199
EN PRISON À BERLIN

kaiser à l’impératrice. Et nous nous trompions rarement.

Parmi les prisonniers de nationalité anglaise détenus à la Stadtvogtei, il s’en trouvait un dont on a bien des fois soupçonné les sympathies exagérées pour la cause de l’Allemagne. Il était devenu fort impopulaire et beaucoup d’Anglais refusaient de lui parler ou même d’avoir avec lui quelque rapport que ce soit.

Un jour, toutefois, M. Williamson, dont il a été question dans un chapitre précédent, avait été appelé au bureau pour y recevoir un colis de provisions justement arrivé d’Angleterre. Au bureau, après l’examen de son colis, on le lui remit et on lui demanda d’apporter, chemin faisant au quatrième étage où se trouvait la cellule de cet autre Anglais, un second colis à son adresse. Williamson, qui parlait un peu l’allemand, refusa formellement de se charger de ce colis, en disant au sous-officier de service, et en présence d’autres sous-officiers : « Je n’apporterai pas ce paquet, je ne veux rien avoir de commun avec ce bloody German. » Et il disparut avec son propre colis.

L’affaire fit sensation car les sous-officiers rapportèrent cette remarque peu sympathique faite à l’endroit d’un prisonnier. Le lendemain, tous les prisonniers de nationalité anglaise étaient invités à