Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
266
MILLE ET UN JOURS

travailler pour l’empire allemand, soit ici, soit en Allemagne, ou chômer. Quelques dizaines de milliers d’ouvriers, sous la pression de la peur ou de la faim, acceptèrent, à regret pour la plupart, du travail de l’étranger ; mais quatre cent mille ouvriers ou ouvrières préférèrent se résigner au chômage, avec ses privations, que de desservir les intérêts de la patrie ; ils vivaient dans la pauvreté, à l’aide du maigre secours que leur allouait le Comité national de secours et d’alimentation contrôlé par les ministères protecteurs d’Espagne, d’Amérique, de Hollande. Calmes, dignes, ils supportaient sans murmure leur sort pénible. Nulle part, il n’y eut ni révolte ni apparence de révolte. Patrons et ouvriers attendaient avec endurance la fin de notre longue épreuve. Cependant, les administrations communales et l’initiative privée essayaient d’atténuer les inconvénients indéniables du chômage. Mais le pouvoir occupant paralysa leurs efforts. Le Comité national tenta d’organiser un enseignement professionnel à l’usage des chômeurs. Cet enseignement pratique, respectueux de la dignité de nos travailleurs, devait leur entretenir la main, affiner leurs capacités de travail, préparer le relèvement du pays. Qui s’opposa à cette noble initiative, dont nos grands industriels avaient élaboré le plan ? Qui ? Le pouvoir occupant.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Mais l’Allemagne, par divers procédés, notamment par l’organisation de ses « Centrales », sur lesquelles ni les Belges, ni les ministres protecteurs ne peuvent exercer aucun contrôle efficace, absorbe une part considérable des produits de l’agriculture et de l’industrie du pays. Il en résulte un renchérissement considérable de la vie, cause de privations pénibles