Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
265
EN PRISON À BERLIN

Cet engagement est violé tous les jours des milliers de fois, depuis quinze jours.

Le baron von Huene et feu le baron von der Goltz n’ont pas dit conditionnellement, ainsi que le voudrait faire entendre votre dépêche du 26 octobre : « Si l’occupation ne dure pas plus de deux ans, les hommes aptes au service militaire ne seront pas mis en captivité » ; ils ont dit catégoriquement : « Les jeunes gens, et à plus forte raison les hommes arrivés à l’âge mûr, ne seront, à aucun moment de la durée de l’occupation, ni emprisonnés, ni employés à des travaux forcés. »

Pour se justifier, Votre Excellence invoque « la conduite de l’Angleterre et de la France qui ont, dit-elle, enlevé sur les bateaux neutres tous les Allemands de 17 à 50 ans, pour les interner dans les camps de concentration ».

Si l’Angleterre et la France avaient commis une injustice, c’est sur les Anglais et les Français qu’il faudrait vous venger et non sur un peuple inoffensif et désarmé. Mais y a-t-il eu injustice ? Nous sommes mal informés de ce qui se passe au delà des murs de notre prison, mais je suis fort tenté de croire que les Allemands saisis et internés appartenaient à la réserve de l’armée impériale ; ils étaient donc des militaires que l’Angleterre et la France avaient le droit d’envoyer dans des camps de concentration.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

L’occupant s’est emparé d’approvisionnement considérables de matières premières destinées à notre industrie nationale : il a saisi et expédié en Allemagne les machines, les outils, les métaux de nos usines et de nos ateliers. La possibilité du travail national ainsi supprimée, il restait à l’ouvrier une alternative :