Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA MÈRE AVEUGLE


Air : Une fille est un oiseau


Tout en filant votre lin,
Écoutez-moi bien, ma fille.
Déjà votre cœur sautille
Au nom du jeune Colin.
Craignez ce qu’il vous conseille.
Quoique aveugle, je surveille ;
À tout je prête l’oreille,
Et vous soupirez tout bas.
Votre Colin n’est qu’un traître…
Mais vous ouvrez la fenêtre ;
Lise, vous ne filez pas. (bis.)

Il fait trop chaud, dites-vous ;
Mais par la fenêtre ouverte,
À Colin, toujours alerte,
Ne faites pas les yeux doux.
Vous vous plaignez que je gronde :
Hélas ! je fus jeune et blonde,
Je sais combien dans ce monde
On peut faire de faux pas.
L’amour trop souvent l’emporte…
Mais quelqu’un est à la porte ;
Lise, vous ne filez pas.

C’est le vent, me dites-vous,
Qui fait crier la serrure ;
Et mon vieux chien qui murmure
Gagne à cela de bons coups.
Oui, fiez-vous à mon âge :
Colin deviendra volage ;
Craignez, si vous n’êtes sage,
De pleurer sur vos appas…
Grand Dieu ! que viens-je d’entendre ?
C’est le bruit d’un baiser tendre ;
Lise, vous ne filez pas.

C’est votre oiseau, dites-vous,
C’est votre oiseau qui vous baise ;
Dites-lui donc qu’il se taise,
Et redoute mon courroux.
Ah ! d’une folle conduite
Le déshonneur est la suite ;
L’amant qui vous a séduite
En rit même entre vos bras.
Que la prudence vous sauve…
Mais vous allez vers l’alcôve ;
Lise, vous ne filez pas.

C’est pour dormir, dites-vous.
Quoi ! me jouer de la sorte !
Colin est ici, qu’il sorte,
Ou devienne votre époux.
En attendant qu’à l’église
Le séducteur vous conduise,
Filez, filez, filez, Lise,
Près de moi, sans faire un pas.
En vain votre lin s’embrouille ;
Avec une autre quenouille,
Non, vous ne filerez pas.